récits  de  toqués


Ici se trouvent les récits de certains Toqués qui ont voulu témoigner de leur expérience.

Merci donc à Roland, Alban, Benoit, Guillaume, Pierre, Gilbert, Gilles, Stéphane, Didier, Jacques, Olivier, Joël, Yves, Frédéric, Didier (dit Boubou) , Pierre (dit Grand-Pierre), Danièle, Rémi, Christian, Sébastien, Raymond et du regretté Roland. 


Récit de Roland Gaëtan (Grand-serrurier le 10/06/2021

Jeudi 10 juin, nous étions deux Gilles Granger et moi à tenter les 6 montées du calvaire de portes (confrérie des Toqués du Col de Portes) . Montés en auto au sommet (Marius est monté avec nous pour nous accompagner sur deux montées). 

7h11, descente sur Contrevoz par Ordonnaz et remontée grand ciel bleu et température agréable - final 1er montée 09h07, petite pose et on descend sur St Rambert ; on croise Joël petit coucou à St Rambert. Jérôme se joint à nous pour faire la montée par Cleyzieu - Col de Fay - Col de Portes : final 11h30.

 Marius rentre chez lui, nous, on descend sur Lagnieu. Jérôme est toujours avec nous et on remonte depuis Lagnieu. Au sommet, il est 13h15 ; pose repas (Jérôme rentre chez lui). 14h15, on descend sur Sault Brénaz et on remonte depuis la route face au pont. 14km, c'est la 4ème montée. Chaleur puis nuage et le tonnerre gronde. A 7km du sommet, l'orage éclate : fortes pluies, grêle. On finit sous des trombes d'eau;  il est 16h15. Nous sommes frigorifiés et la pluie est toujours là. On décide de terminer la avec 4 montée. Trop frigorifiés et route trempée pour redescendre. Ainsi se termine notre défi avec 4 montées en 7h42 et 135 km pour 3507mD+. Voir quelques photos.  Nous sommes Grand Serruriers dans la confrérie.

Bien sportivement Roland  



Récit de Alban Dequeudre (Grand-Passe-Partout le 9/06/2021)

Habitant depuis quelques mois à Ambérieu en Bugey, j'ai eu le temps de monter quelques fois au col de Portes et par tous les temps (grand beau & chaud, neige, pluie).

Mais ce matin, il ne s'agissait pas de monter une fois mais 6  !

Nous attaquons le parcours par la montée de Montferrand (Torcieu) et sommes arrêtés par un patou au milieu de la route mais la montée se passe bien.

Il ne fait pas chaud au col et nous redescendons directement jusqu'à Lagnieu puis remontons à bon rythme en discutant et en saluant les nombreux cyclistes présents sur la route.

Nous enchaînons avec la descente puis la montée par Serrière-de-Briord, qui à mon sens est la plus belle des ascensions et redescendons direction Sault-Brénaz où nous prenons le temps de casser une petite croûte bien méritée avant d'enchaîner la 2ème partie de la journée... les 3 dernières ascensions !

La remise en route est un peu dure, les premiers kilomètres sur la petite route sont raides puis nous reprenons la montée de Lagnieu. Arrivés en haut, nous basculons cette fois direction Contrevoz par la belle et longue descente et admirons la vue sur les falaises du Bugey. A la remontée, les jambes commencent à tirer et le dernier kilomètre à presque 9% se fait bien ressentir 😁

Place maintenant au dernier aller / retour par Serrière (Saint Rambert). La montée est censée être la plus "facile" de toute mais la journée pèse dans les jambes et ça discute nettement moins dans la montée, surtout à partir de Charvieux où les choses sérieuses commencent.

Après un dernier effort, nous arrivons tous au col et savourons ce moment et cette journée passée ensemble !

Une belle journée passée sur le vélo avec des copains ... quoi de mieux ! 


Récit de Benoit Marquis (Grand-Serrurier le 8/09/2020)

Même si le col n’est pas le dur que j’ai pu gravir, j’appréhendais l’accumulation des kilomètres en pente. A ma grande joie, je suis parvenu à grimper 4 fois dans la journée, validant ainsi mon objectif initial.

Les 2 premières ascensions se sont très bien passées (par Lagnieu, puis Serrières) mais les choses sérieuses ont commencé à partir de la 3e : Serrières de Briord. J’avais choisi de passer par la Correrie, mais au ¾ de l’ascension j’ai dû beaucoup lutter pour arriver au sommet. Après avoir pris le temps de récupérer et de peser le pour et le contre, je décide de me lancer pour une 4e ascension par Contrevoz. J’ai dû encore beaucoup lutter mais j’ai réussi à valider l’ascension complète.

Au sommet, des sentiments de bonheur, satisfaction, fierté m’envahissent alors. De l’excitation également, car même si je ne peux pas aller plus loin aujourd’hui, je suis déjà impatient de recommencer l’aventure pour faire mieux bien sûr !!!

J’ai vraiment apprécié ce défi, la liberté de le faire à la date que l’on souhaite est très appréciable et a même été 1 élément clé de mon engagement. Les routes sont très calmes, dépaysantes, et certains panoramas sont magnifiques.

Bravo à vous pour votre confrérie et merci, car avec ce challenge, j’ai trouvé là un excellent moyen de couper avec la morosité actuelle due à l’actualité sanitaire. Et bravo également pour tout le travail que vous avez abattu pour illustrer le site. Il est très complet et permet aisément de tout organiser avec confort.


'Petit récit' d’un porte-clés par Guillaume Arquillière (Toqué le 5/08)

En guise d’introduction, je me suis mis au vélo qu’en milieu d’année dernière, et gravi le col de Portes pour la première fois il y a un an, expérience gratifiante mais douloureuse: c’était mon premier « vrai » col, qui plus est le plus proche de chez moi (Béligneux).  C’est également à ce moment là que j’ai eu connaissance de la confrérie, et, étant friand de ce genre de ce type d’initiative, je me suis donné l’objectif d’inscrire mon nom au palmarès, une fois que j’aurai davantage de forme.

Le défi pour moi est autant le grade que parvenir à tenir un effort aussi long (...), pour moi, ce sera un bon étalon de mon entraînement. Le porte-clé sera mon objectif.  

Depuis, j’ai continuer à pratiquer (ainsi qu’à perdre un certain nombre de kilos...), et me dis que je suis mûr pour une première petite tentative. 

Date retenue pour le mardi 4/8: à 8h48 je quitte le parking de Lagnieu et me lance dans la pente. Tout de suite bonne impression par rapport à l’année dernière, je parviens à garder une dent ou deux et le rythme et plus élevé et les sensations bonnes. Les paysages sont très jolis, le soleil du matin donnant des couleurs particulières. Et mine de rien les kilomètres s’enchaînent et je parviens sans soucis au replat du 12-13e km. La fin est proche, j’ai en mémoire les pourcentages du dernier km qui m’avaient obligés à faire une pause si près du but ; cette fois il n’en est rien et je peux prendre ma première photo du panneau. Pour la descente, j’ai prévu de rejoindre Serrière-St Rambert par Ordonnaz-Arandas puis remonter par Conand-Charvieux, histoire de faire autant que possible une boucle. J’avais sous-estimé le temps de descente, surtout qu’entre Ordonnaz et Arandas c’est assez plat et que le vent de face m’oblige à faire le rythme. Pas très agréable.  Avant Arandas, je pousse à La Croix du Mortier (avec de courts mais raides pourcentages) ce qui me permet d’avoir un magnifique point de vue sur le massif de Portes et l’arrière de la Chartreuse du même nom. Je finis la descente sur Serrière, ce qui m’aura pris une heure au total, avec le remplissage des bidons à Ordonnaz et le belvédère d’Arandas (soit autant que la première montée !).

Un tour de rond-point et c’est reparti, un peu anxieux de voir si les jambes vont tenir, quelques signes de raideurs apparaissant ci et là. Mais ça tient et les premiers kilomètres jusqu’à la bifurcation vers Conand sont avalés à un rythme qui me donne le moral, puis rejoindre Conand est encore plus facile. Intérieurement j’essaie de me remémorer le profil de l’ascension vu sur le site des toqués et redoute une accentuation certaine des pourcentages. Effectivement après Conand ça se corse, et le rythme s’érode au fur et à mesure, mais reste correct. Les derniers virages avant de basculer sur l’autre versant commencent à être longs, mais c’est avec plaisir qu’on sort de la forêt. La bascule s’opère et je sais que la fin est proche. Reste le dernier km avant le col, qui m’avait impressionné lorsque je l’avais descendu la première fois. Bien que les jambes commencent à souffrir, il se fait avaler lui aussi. Objectif atteint ! En revanche, je sens que les jambes ne sont pas encore capables d’une troisième ascension. Ce sera pour une autre fois. Descente rapide vers Lagnieu pour conclure cette belle matinée. Le goût de l’ascension est pris, je cogite déjà à quand je pourrai réitérer les tentatives pour obtenir les prochains grades !

 

Merci aux Toqués pour cette organisation qui motive à venir apprécier ce terrain de jeu.



Récit de Jean-Pierre Bernelin - Serrurier le 10 juillet 2020

VC Bourgoin Jallieu

C’est un col que j’ai découvert en 1992 et que, depuis, je grimpe régulièrement. En 2011, j’avais déjà réalisé 3 ascensions différentes en partant de chez moi pour une distance de 142 km. A cette époque j’avais eu le plaisir, à ma troisième ascension, d’arriver au sommet en même temps que des coureurs du Paris-Nice cyclo. Depuis 2012, je suis le ‘’parrain’’ du col de Portes dans le challenge BIG pour l’avoir grimpé 25 fois dans l’année.

Rentrer dans la confrérie des Toqués était donc devenu un objectif « normal » que je m’étais fixé en 2019, dès la création. Mais, un mal de dos récurrent, des jours où la météo n’était pas très favorable et d’autres raisons avaient remis mon projet à plus tard.

Et ce 10 juillet, c’est décidé, je tente le challenge.

Je monte tôt au sommet avec ma voiture hybride pour me garer au parking juste en-dessous du col.

Descente, équipé d’un coupe-vent car il fait encore frais, en direction de Lagnieu pour attaquer une première montée en partant de Saint-Sorlin-en-Bugey. C’est le côté que j’ai fait le plus souvent car il y a deux zones où la rupture de pente permet de se refaire un peu quand on n’est pas au mieux. Je monte à ma main, bien loin de mon record sur cette montée, l’objectif n’étant pas celui-là.

Je remets le coupe-vent et prends cette fois-ci la direction de Serrières par la vallée sauvage où coule la Caline. Me voilà parti pour ma deuxième ascension. Le début est très agréable en faux-plat montant avec le soleil qui réchauffe bien. Après le joli village de Conand, où je refais le plein de mon bidon, la pente se redresse. La route est très agréable et bien ombragée. De ce côté, le final du col est le plus dur, il faut juste ne pas s’affoler.

Pour la troisième montée, j’avais décidé de monter par Sault-Brénaz. Je redescends donc du côté Lagnieu avant de bifurquer en-dessous de Soudon vers Sault-Brénaz. En bas, je refais le plein du bidon. Et c’est parti pour la troisième montée. Le départ est un peu sec, ensuite on retrouve la même route, là aussi je monte doucement. La chaleur est en train d’arriver, je commence à ressentir de la fatigue. Je sais que je ne tenterais pas une autre montée aujourd’hui. Au pied de la dernière partie, je suis victime d’une grosse crampe dans la cuisse droite que j’arrive à faire passer en me mettant en danseuse.

Je termine enfin cette troisième montée, je suis content d’avoir réussi et faire partie de la Confrérie.

Je reviendrai pour tenter une voire deux autres montées.

Pour l’anecdote, il s’agissait de mes 109ième, 110ième et 111ième grimpées du col de Portes.

Pour ceux que ça intéresse : http://cyclosport.over-blog.net/ Rubrique « Bugey »



Récit de Pierre Garreau - 19 ans - Grand Serrurier le 9 juillet 2020 

VC Francheville

Chers confrères

C'est avec un peu de retard mais non sans fierté que je revendique le grade de "Grand Serrurier" après mes quatre ascensions du col de Portes réalisées ce mardi 7 juillet 2020.

En effet, après avoir accompli 3 grimpées du col en compagnie d'Olivier Garreau et Marie-Annick Grange, j'ai décidé de ne pas gâcher de bonnes jambes et de grimper au Calvaire du Portes une quatrième et dernière fois, pour un total de 145 km en un peu plus de 7h de selle.

Pour vous assurez de la validité de ma tentative et ainsi prouver que je n'ai ni "crocheté" ni "enfoncé" les portes mais bien accrocher les quatre clés à mon trousseau, vous trouverez aussi ci-dessus le lien de l'enregistrement numérique de ma sortie - malgré une erreur de dénivelé total dû à une perte de signal GPS au cours de la matinée :

https://www.endomondo.com/users/15144374/workouts/1566065193

Je vous remercie de prendre du temps pour organiser ce challenge et de nous permettre de découvrir ce beau terrain de jeu. 

J'ai passé une excellente journée et compte bien revenir très prochainement pour rentrer par la grande porte !

Amicalement vôtre.



Article de Gilbert Chirat président de la Team des Dombes et Serrurier de la confrérie. 4/07/2020

Reprise un peu musclé pour les sorties club au Team Des Dombes. Depuis le déconfinement chacun roulait de son côté, afin d'amorcer la reprise des sorties club sans être trop en peloton, Raphaël a proposé à ces équipiers de prendre de la hauteur et aller grimper le Col de Portes

C’est donc un groupe de 10 futurs Toqués dont 9 du Team Des Dombes qui s’est retrouvés samedi matin de bonne heure pour relevé le défi de la Confrérie des Toqués du Col de Portes. Trois ascensions pour la plus part, deux pour trois des membres présents, ont été réalisés.

Après une descente à la fraiche coté Lagnieu Villebois, première grimpée par Serrières de Briord, puis descente sur St Rambert en Bugey par Conand, seconde grimpée par Cleyzieu, Fay Souclin. Pour finir descente par la première grimpée du jour et grimpée par Montagnieu, Seillonnaz, Lompnas, Ordonnaz. 108 km et 2 700 de dénivelé, cela change de la Dombes.

Petit casse-croûte pour finir cette sympathique journée dans ce très jolie site avant de repartir dans la Dombes ou le dénivelé est nettement moins important.


Récit de Gérard Rivière - Grand Passe Partout électrique le 3 juillet 2020

A 73 ans et 58 cyclosportives effectuées, suite à des problèmes au dos et aux genoux et une prothèse de la hanche, je me suis mis en VAE. Nouveau challenge pour moi à réaliser : Les Toqués du Col de Portes.

J'ai donc pris le départ ce 3 juillet à 6h, beau temps légèrement nuageux.

1ère montée par Lagnieu, descente sur Contrevoz où j'ai pris une collation (2 pains aux raisins) puis je suis remonté (2e montée). A la sortie d'Ordonnaz, mauvaise surprise : crevaison !!! Oups, ça commençait mal. Puis je suis reparti pour encore 3 montées : de Sault-Brenaz, de Serrières, de Briord par Correrie et par Les Granges. Retour ensuite à la maison pour un repas et pour recharger les batteries.

Reprise à 16h pour attaquer les 4 dernières montées. Départ de Serrières (vers St Rambert) :

- Serrières - Arandas - Contrevoz

- Serrières de Briord par Benonce

 

- Serrières (vers St Rambert) - Conand

- Serrières (vers St Rambert) - Montferrand - Cleyzieu - Col de Fay

Nuit tombante au Col de Fay. Arrivée à 22h au Col de Portes, il fait nuit.

 

Par sécurité, ma femme est venue me retrouver en voiture. OUF, je l'ai réalisé !!!



Récit de Gilles Ramain - RSM - Serrurier le 30 juin 2020

L'idée était venue durant le confinement...toutes les épreuves étant annulées, il fallait un objectif pour trouver la motivation de faire du home-trainer la pratique principale.

le défi des Toqués était parfait : près de la maison, date au choix et pas obligé de suivre l'allure d'un groupe de furieux comme au départ des cyclos.

Après plusieurs années de pratique plus que légère, des kg en trop et des qualités avérées de pas-grimpeur-du-tout, le défi était de taille pour moi.

Le beau temps était annoncé, donc l'essai sera pour le samedi 27 juin.

J'ai laissé la voiture au sommet pour pouvoir changer de maillot et me ravitailler en eau.

Descente donc sur Lagnieu pour la 1ère grimpette. La température est idéale, pas de voiture, juste le gazouillis des oiseaux. Je croise Rantanplan qui descend avec des collègues. Je rallenti et il remonte faire la causette 5mn. Eux sont partis pour 6 ascensions alors que moi...les jambes décideront plus tard. Je termine cette première montée étonnamment frais, faut dire que je monte tranquille à ma main donc ça va bien.

Changement de bidon, j'enfile le gilet et redescend sur St Rambert. Vers Conand, la route est bien humide, il a fait des averses cette nuit. Je me dis de me méfier car ça doit glisser. Pas le temps de terminer d'y penser que la roue arrière part...déparage contrôlé je ne sais comment mais je reste sur le vélo ! en fait j'ai crevé et virer avec un pneu à plat c'est pas top en fait. Arrêt réparation et on reprend la route. Pointage à 9h17 et rebelote pour la 2ème montée. La température de l'air commence à monter, celle du moteur aussi alors je garde mon allure de facteur et ça passe bien.

Tellement bien que l'espace de quelques mn, j'imagine les 4 ascensions. La 2ème montée terminée, pause maillot-bidon et descente sur Bénonce pour rejoindre les Granges avant de remonter sur Montagnieu.

Là le soleil chauffe vraiment et on comprend pourquoi ils ont planté de la vigne ! puis Seillonnaz et le replat par Chosas avant d'arriver à Lompnas où les choses se compliquent. Le raidar à la sortie du village en pleine chaleur fait très mal, autant aux jambes qu'au moral. Arrive Ordonnaz pour refaire le plein d'eau chez l'habitant car pas trouvé le robinet qui est en fait caché sous les fleurs au bord de la fontaine, qui elle est à sec!

Sortie Ordonnaz, les crampes font leur apparition, mais j'arrive à gérer et en moulinant un peu plus elles s'en vont assez vite. Le home-trainer ne remplace pas les longues sorties. Reste à négocier les 2 derniers km, mais l'odeur de l'écurie me redonne de l'énergie et me voilà en haut après 103km et env. 2470m D+.

Ce sera la fin pour cette fois, ma chérie venant juste d'arriver avec le pique-nique et les bières yes .

Belle ballade, satisfait d'avoir pu en faire 3, ce qui m'aurait été impossible il y a encore 3 mois.

Énormément de monde sur les pentes ce jour, en solo, en groupe et pas mal de femmes aussi.

Merci à Jérôme au passage d'avoir mis sur pied ce défi permanent.

L'après midi se passera dans le transat car un autre type d'épreuve se profilait le soircheeky  (Apéro-Barbecue) 


Compte-rendu de Stéphane Berger (dit Rantanplan)  'Grand Passe-Partout' le 30 juin

Bonjour les Toqués,

il est 6h48 ce samedi matin 27/06 quand je m’élance du parking de la salle polyvalente de Lagnieu en compagnie de Dominique et Jean Paul tous 2 membres du SC Manissieux pour une longue route qui devrait nous conduire si tout va bien au sommet du calvaire de Portes avec 6 montées dans les poches de notre maillot...

C’est un col que je connais finalement pas si bien que ça, l’ayant monté peu de fois car je n’arrive jamais à trouver un rythme...

Pour la 1ère, direction St Sorlin et sa variante par le mur du château, une belle mise en jambes en ce tout début de matinée. Les jambes tournent bien et heureusement d’ailleurs car la journée promet d’être très longue.

Je suis un peu inquiet concernant la météo car des orages sont annoncés en fin d’après-midi.

A l’embranchement de la route du col de Fay au dessus de Lagnieu, nous croisons 3  collègues de mon club de triathlon avec lesquels nous devons faire les 6 montées.

Sauf qu’ils ne sont pas dans le bon sens...ça commence bien...

Nous poursuivons tranquillement et arrivons sans encombre au sommet.

Descente pour aller chercher mes potes, personne à l’horizon, tant pis, nous prenons la route du Col de Faix pour nous diriger vers Torcieu, point de départ de notre 2ème montée.

Demi tour à Montférand et commence une succession de montées et descentes, comme à l’aller du reste, sans être difficile, c’est plutôt casse pattes...

Pas d’affolement, on monte tranquille Dom et moi, Jean Paul est en retrait, on l’attend à Cleyzieu.

Le col de Fay arrive très vite derrière, nous nous arrêtons à Souclin pour faire le plein des bidons et nous reprenons la route pour les 8 derniers kilomètres de l’ascension.

Arrivé au sommet nous retrouvons un autre groupe de l’EFS, mon club de triathlon, partis pour réaliser 2 à 3 montées en fonction de la forme de chacun.

Nous les accompagnons jusqu’à Argis, point de départ de notre 3ème montée et les laissons pour grimper sur un rythme plus soutenu.

J’en profite pour mettre de l’écran total sur le visage et les bras car il est proche de midi et ça commence à cogner.

La première partie est plus difficile avec des pourcentages compris entre 7 et 9% puis on arrive sur un plateau très boisé avec des faux plats montants et descendants.

Jean Paul et Dom se ravitaillent en eaux à Ordonnaz et nous terminons sans problème cette 3ème montée.

Peu avant le sommet, nous croisons mes 3 acolytes du matin qui m’expliquent qu’ils sont finalement partis avec beaucoup de retard en raison d’une grosse crevaison...

Ils poursuivent de leur côté et nous aussi.

Notre 4ème ascension nous emmène à Serrières-de-Briord où dès le départ, je sens que Jean Paul est dans le dur. Sur la première partie de montée il fait très chaud, pas d’ombre, on ressent bien la chaleur du bitume.

A Bénonces je refais le plein des bidons et nous décidons de faire la variante par la Correrie. Le passage en forêt est toujours aussi agréable mais les 2 derniers kilomètres ne le sont pas.

Pour la toute première fois de la journée je passe le 36-30, c’est qu’il reste encore du chemin à parcourir...

Dom est arrivé au sommet avant moi, toujours aussi en forme le bougre.... Et de 4...

On attend quelques minutes Jean Paul qui nous dit avoir le feu aux pieds en raison de la forte chaleur et souhaite en rester là. 

S’engage alors une discussion et on arrive à le motiver pour une toute dernière montée par Contrevoz.

Après 500m de descente, nous retrouvons mes 3 collègues de l’EFS à leur voiture qui eux aussi souhaitent monter Contrevoz.

Je laisse filer Dom et Jean Paul et vais terminer la journée avec eux.

Belle descente, demi tour pour aborder la 5ème montée. Bien en jambes, je pars devant puis ralenti pour laisser revenir Ludo, Flo et Fred.

C’est à ce moment là, subitement, que j’ai un gros coup de moins bien, sans raison apparente. Les jambes ne sont pas dures mais j’ai une grosse sensation de fatigue.

Sur une accélération de Ludo, je ne peux suivre le rythme et pédale à ma main.

A Arandas nous trouvons une fontaine et je m’asperge abondamment et en profite pour manger une barre salée. C’est peut être tout simplement un début de fringale conjugué avec la chaleur.

Nous repartons et cet arrêt m’a fait beaucoup de bien car j’ai retrouvé des forces et le dernier difficile kilomètre passe sans trop de difficultés.

Il reste à mes 3 acolytes la montée par Torcieu et le col de Fay et ces derniers me proposent de terminer avec eux.

Ayant déjà monté par deux fois Fay et une 5è montée faite dans la douleur, je préfère descendre avec eux à  Serrière et fait demi tour pour monter par Conand et Charvieux.

Jusqu’à Conand et son faux plat je roule bien mais quand le pourcentage grimpe à nouveau, je suis tout de suite dans le dur.

Il est grand temps que ce périple se termine.

Je mets une nouvelle fois la main à la poche et cahin-caha, je me hisse jusqu’au sommet du col...Et de 6...OUF.

J’amorce la descente pour retrouver ma voiture à Lagnieu et je cogite...est ce que finalement, pour le fun, je ne referais pas à nouveau le col de Fay...

J’ai bien monté 6 fois Portes, je peux bien gravir 3 fois Fay...et en plus ça rajoute du dénivelé.

Le temps de rédiger ce compte rendu, j’étais au sommet du col.

Il est environ 18h45 quand j’arrive de nouveau à Lagnieu.

Étonnamment mes jambes ne sont pas dures mais la fatigue est bien présente.

Finalement la météo aura été très bonne mais quelques degrés de moins auraient été très appréciables.

J’aurais pensé ce défi plus facile mais il faut reconnaître une chose:

Le col en lui même n’est pas très difficile au regard des pourcentages moyens.

Ce qui en constitue la véritable difficulté quand on enchaîne les ascensions, c’est la succession de faux plats qu’ils soient montants ou descendants et de petites descentes et montées, ce qui fait qu’il est difficile de trouver un rythme.

Pour les puristes, j’ai fait 228 kms pour 10h36 de selle soit 21,5 de moyenne pour 5 400m D+.

Chose étonnante, j’ai eu l’impression de peu descendre de vélo alors qu’en réalité j’ai 1h20 d’arrêts.

Je terminerai en disant que je reviendrai prochainement en tentant 8 ascensions, parole de Rantamplan.
Et vive la RSM évidemment.

Stef


Compte-rendu de Didier Bornarel  'Grand Passe-Partout' le 24 juin

Premier Toqué à réaliser 8 grimpées dans la journée !

J'ai participé lundi 22 juin mon jour de repos au magasin Cycles Cap Cool de Belley au défi, par une belle journée un peu ventée mais qui apportait un peu de fraîcheur. Je me suis garé au sommet du col,en suivant  les recommandations pour faire le plus de faces possibles. Je suis descendu par Serrieres St Rambert et rejoint Torcieu pour la 1ère  montée obligatoire pour valider les 6 faces, passage au col de Fay et Portes (1),descente rapide sur Serrieres de Briord demi tour Portes ( 2),descente sur St Rambert Serrieres demi tour Portes (3), redescente sur Lagnieu demi tour la chaleur commence à monter Portes(4), arrêt un peu plus prolongé pour casse-croûte mini sandwich et descente sur Argis demi tour départ sérieux puis un peu plus facile après Arandas, Ordonnaz et Portes (5),descente sur Contrevoz que je connais un peu plus habitant à Belley et je croise ma femme et un copain qui monte en vélo me voir, je fini la descente demi-tour et j'essaye de les rattraper juste avant Ordonnaz on discute et je leur dit que je vais essayer d'en faire plus de 6. Chiche les jours sont plus longs et Portes (6), descente sur Sault-Brenaz  moins connu demi-tour départ très dur et chaleur encore importante. Signes de lassitude apparaissent, fini au moral Portes(7), nouveau casse-croûte plein des bidons et je me lance dans la descente sur Briord demi-tour et le ravito a fait du bien. Montée par variante Correrie sympa et Portes (8).

Longue  journée sur le vélo plus de 11h,  243 km et des images plein la tête.

J'ai vu pas mal de cyclistes sur le col dont au moins un faisait le défi.

Merci pour cette idée de défi, ça permet de trouver des objectifs intéressants en cette année  spéciale.


cliquez sur les photos pour agrandir

Compte-rendu de Jacques Poulet 'Grand Passe-Partout' le 11 juin

Premier Toqué à réaliser 7 grimpées dans la journée !

Ma journée commence par une crevaison en voiture, c’est de bon augure !

1. Une fois garé au col de Portes, par temps brumeux je rejoins  Lagnieu.

2. Puis, avant d’être naze, je saute sur Sault-Brénaz.

3. Fier et fort, me voilà à Serrière de Briord.

Une nouvelle crevaison, à vélo cette fois, c’est le pompon !

4. Il est déjà temps de songer à devenir Passe-Partout, je fais donc le Col De Fay. 

5. Allez, j’ose, je vais à Ordonnaz et Contrevoz.

6. Et pour un aperçu complet il n’y a pas mieux que d’aller à Montagnieu.

7. Enfin je redescends une nouvelle fois à Serrières de Briord pour une petite dernière.

Les boucles sont bouclées, la journée a été belle, l’endroit est très beau, c’est sûr !

La confrérie va-t-elle m’ouvrir ses Portes ? Toc, toc, toc…. Toqué !



St Sorlin en Bugey (le village aux mille roses) avec son monolithe caractéristique

fontaine de Serrières de Briord

four de Montagnieu

village de Lompnas

Arrêt boulangerie à Serrières avant la dernière montée

les foins sont fait à la Correrie

Compte-rendu d' Olivier Champain  -  Grand Passe Partout le 31/05/2020

Préambule : il m’arrive souvent (dès que les beaux jours arrivent) d’aller rouler dans le Bugey au départ de chez moi. C’est un endroit idéal pour faire du vélo : petites routes peu empruntées, paysages variés, qualité du bitume pas trop mauvaise. En 2019, je décide de rentrer mes sorties sur Strava et lors de mes différentes ascensions au col de Portes (je suis déjà monté par toutes ses faces), je reçois ce lien des toqués ! Sans aucune hésitation je trouve ce défi rigolo et le met dans ma tête au programme de 2020 J

Le déroulement du défi :

Vendredi 29/05/2020 : je décide de m’inscrire au défi sans savoir quand je le réaliserai mais dans ma tête c’était plutôt fin juin

Samedi 30/05/2020 au soir : demain il fait beau et pas de contrainte è je vais rouler dans le Bugey (avec l’idée de voir ce que donne ce défi).  Je prépare mes affaires et met mon vélo (celui que j’utilise pour mes raids itinérants car c’est celui qui a les plus petits développements !) dans la voiture.

Dimanche 31/05/2020 matin : après une nuit de qualité moyenne (ça travaille l’esprit de s’attaquer à ce défi !) mais après un bon petit déjeuner (100% fromage comme à mon habitude !) je me rends en voiture à mon point de départ : Saint Sorlin en Bugey.

Vers 8H45, je commence à pédaler pour la première ascension du jour ! Connaissant (un peu) ce type d’effort je sais que je dois le gérer et pars donc très tranquillement. J’ai mis ma sacoche à vélo pour y mettre des barres de céréales qui me serviront tout au long de la journée ainsi qu’une CB car je compte bien m’arrêter dans une boulangerie !

A la fin de ma première ascension, je me sens bien et envisage donc de relever ce défi ce jour.

Voici en résumé mes différentes sensations/informations lors des différentes montées/descentes :

1)   1) Chaque face est différente et on n’a jamais l’impression de monter au même sommet (sauf la fin qui est forcément commune-vallée de la Câline exclue)

2) Il a fait un peu chaud dans les montées 4 et 5 (montée Cleyzieu / Bénonces) car on était en plein milieu d’après-midi mais les fontaines bien présentes sur le parcours permettent de se rafraîchir.

3) La descente sur Serrières (vallée de la Câline) n’est pas top au niveau qualité du bitume et je préfère la parcourir à la montée mais pour rejoindre Montferrand on ne peut pas faire plus court !

4) Les 6 montées sont tout de même bien usantes (!) et ne suis pas sûr d’avoir l’envie d’en faire une de plus ! Globalement je n’ai pas eu de coup de moins bien mais ai bu et mangé régulièrement. Je pensais la chevauchée plus rapide mais les montées/descentes ne sont pas toujours aussi rapides que les directes comme celle via Bénonces ! Ce type de défi nécessite tout de même d’être habitué aux efforts longs.

5) 18h00 (juste avant ma dernière montée) : j’envoie un SMS à ma femme et ma fille en leur précisant que je n’arriverai pas avant 20H30 pour manger ! Elles m’attendront du coup è merci J

6)   Mon parcours : Saint Sorlin en Bugey -> Col de Portes (via Lagnieu) -> Contrevoz -> Col de Portes -> Serrières de Briord -> Col de Portes par Montagnieu/Seillonnaz/Lompnas -> descente sur Serrières (vallée de la Câline) -> Montferrand -> Cleyzieu (rafraîchissement au point d’eau dans le village !) -> Col de Fay -> Col de Portes -> descente sur Les Granges de Briord (rafraîchissent au point d’eau de l’entrée du village !) -> Col de Portes par la Correrie -> Les Granges de Briord (ravitaillement en eau +dernier rafraichissement !) -> Col de Portes par Bénonces -> redescente finale sur Saint Sorlin en Bugey.

 

 

 

le Col visité 6 fois ce dimanche 31 mai 2020



Compte-rendu de Joël Jeanton de la retraite Sportive Ambarroise -  Porte-clés le 11/10/2019

"C'est par une magnifique journée automnale que nous avons entamés notre périple avec 2 collègues de la Retraite Sportive plus deux accompagnateurs. Un peu frais le matin 10 degrés au départ de Lagnieu, mais alors quelle récompense au sommet, une vue très dégagée sur les massif de la Chartreuse et du Vercors. En descendant sur Contrevoz nous est apparu à l'horizon le Mont Blanc.

Majestueux et tout proche.

Après casse-croûte et café pris à Contrevoz, en route pour la deuxième montée sur ces magnifiques routes du Bugey.

En conclusion, merci à la Roue Sportive de Meximieux pour cette initiative et nous avons déjà pris la décision pour 2020 de tenter 3 grimpées. "


Récit de Yves Paillard (Haute-Savoie), Serrurier le 20 septembre en compagnie de son fils Cyrille

Au cours de cette semaine avec mon fils nous avons déjà fait une belle sortie dans les cols du CORMET de ROSELEND, PETIT ST BERNARD par MONTVALEZAN (5 km à 10% / 12%), SAN CARLO et retour par le PETIT ST BERNARD. L’objectif était surtout de faire le col de SAN MARCO (10 km – moyenne : 10,5% avec des passages à 12%/14%).

Etant chez mon fils pas trop loin du col de PORTES, nous continuons notre belle semaine de vélo. Nous avons eu connaissance du DEFI de la CONFRERIE DES TOQUES DU COL DE PORTES, nous allons faire plusieurs versants et plus particulièrement les plus difficiles. Selon l’heure de nos passages nous déciderons si nous pouvons continuer où pas. Jusqu’à maintenant j’ai déjà fait plusieurs versants mais seulement un à chaque fois. Mon fils passe souvent dans ce col.

Ce col se situe dans l’AIN est aussi appelé ‘CALVAIRE de PORTES’. Il n’est pas très haut 1010 m, chaque ascension représente en gros 800m D+ sur 11 km à 24 km. Il y a 8 versants à faire avec une moyenne 35 km par versant en aller et retour soit : 280 km et environ D+. Ce défi est donc faisable en une journée. Ce col peut paraître facile mais il est important de ne pas le sous-estimer. Sa pente semble roulante mais il y a des secteurs à 8%/10%/12% et à chaque passage les deux derniers km qui sont > 10%.

Ce défi je ne le compare pas avec ceux que j’ai déjà réalisés : DEFI BUGISTES (4 versants du GRAND COLOMBIER + 2 versants du col de la BICHE) 210 km pour 7000m D+, DEFI UBAYE (cols : PONTIS, ST JEAN, ALLOS, CAYOLLE, CIME BONNETTE, VARS, ST ANNE pour 300 km avec 7000m D++), TOUR du MONT BLANC : 320 km 8000m D+ (passage de VAUDAGNE pour arriver aux HOUCHES, cols : MONTETS, FORCLAZ, GRAND St BERNARD, SAN MARCO, PETIT ST BERNARD, CORMET de ROSELEND, LES SAISIES).

Vers 14h nous arrivons en voiture à SERRIERES de BRIORD. Il est déjà 14h17 lorsque nous commençons ce défi.

1ère ascension : SERRIERES de BRIORD – BENONCES – col de PORTES = 11 km – pente 6,8% - 12,3 km/h – 0h57’

Comme nous sommes stationnés à la sortie du village l’échauffement se fait dans l’ascension ainsi que la digestion. Sur 2 km la pente est à 3% puis passe à 8% sur 2 km. Mon coup de pédale est moyen jusqu’à BENONCES puis il s’améliore. La difficulté de ce versant est variable la pente passe du 3% au 8% puis repasse à 6% et reprend à 8%/9% et se termine 10%. La pente peut paraître roulante mais ce n’est pas tout à fait le cas. Dans cette ascension il y a quelques pastilles de gravillonnage. Elle est bien exposée au soleil et au vent. Nous terminons cette 1ère ascension avec une pente plus sévère et qui semble interminable. Nous faisons un petit arrêt au sommet pour prendre quelques photos. Un cycliste qui arrive sur le versant que nous allons descendre nous signale qu’il y a beaucoup de gravillons tout frais.

1ère descente : col de PORTES – SERRIERES par CHARVIEUX – CONAND = 16 km – pente -4,7% - 33,5 km/h – 0h28’

Nous effectuons cette descente avec prudence avec le gravillonnage récent il faut mieux être sage. Jusqu’à CHARVIEUX la pente va de 12% à7%. La descente est roulante pour un bon descendeur c’est parfait. Puis c’est un long aux plat descendant jusqu’à SERRIERES en passant CONAND. A SERRIERES nous faisons demi-tour un peu avant le rond-point. Ça fait déjà 1h26’ que nous sommes partis. En descendant nous avons vu des fontaines nous ferons le plein au retour.

2ème ascension : SERRIERES - col de PORTES par CONAND – CHARVIEUX = 16 km – pente 5,6% - 14,6 km/h – 1H00’ – 44,0 km

Nous reprenons la même route avec ce long faux plat montant jusqu’à CONAND où nous nous arrêtons pour faire le plein. Cette route est entre deux montagnes à l’ombre partiellement. A partir de CHARVIEUX les gros pourcentages arrivent sur 5 km, 7%/8%12% sur la fin. Le rythme diminue. Une fois sommet nous ne trainons car la 3ème ascension est possible pour être dans le temps que nous avons prévu.

2ème descente : col de PORTES – BRENAZ = 12,6 km – pente -6,4% - 31 km/h – 0h20’ - 2h57’ 6 57,0 km

La descente de ce côté nous permet de voir si le temps nous le permet de faire la 3ème ascension sinon nous rentrons en direct. Ce compromis est parfait. Pour arriver à BRENAZ la descente est rapide mais toujours avec des secteurs gravillonnés. Avant la fin de la descente nous prenons une petite route à droite qui nous amène vers la fin du village ce qui nous a permis de trouver rapidement une fontaine. Une fois le plein fait et comme nous sommes dans les temps nous effectuons cette 3ème ascension.

3ème ascension : BRENAZ – col de PORTES = 12,6 km – pente 6,8% - 12,7 km/h – 1h00’ – 71,6 km

Nous repartons par la route prévue et dès le début la pente est à 8% sur 2 km jusqu’au croisement de SAINT SORLIN en BUGET. La pente reste à 7%/8% sur 7 km suivi d’un faux plat montant d’1,5km. Il reste les 2 km à 10%12%. A chaque descente je mets une veste légère car le début est assez frais.

3ème descente : col de PORTES – SERRIERES de BRIORD : 12,0 km – pente -6,7% - 34,9 km/h – 0h15’ – 83,7 km – 4h24’

Nous terminons ce défi par la route de notre 1ère ascension. Elle se passe bien. Nous avons le soleil de face. Lors des passages à l’ombre nous restons prudents.

 

Notre défi est terminé. Maintenant il reste à réfléchir sur la période pour effectuer les 8 ascensions. Je pense que la voiture sera stationnée au sommet du col afin de pouvoir faire le ravitaillement à chaque ascension ce qui serait un bon compromis.  


Ce défi doit être usant, de plus il ne faut pas s’emballer trop vite sinon ça risque de coincer à moment ou à un autre.

 FIN du DEFI en 4h26’ avec 11’ d’arrêt soit 4h15’ pour 83 km avec 2360m D+


Récit de Pierre Marmelat - 1er Toqué du Gard

Grand-Serrurier le 31 août 2019

Aubord Cyclo Club

L'hiver dernier j'ai découvert l'existence de cette toute nouvelle confrérie mais ayant déjà en tête l'idée d'intégrer celle des cinglés du Ventoux au début de l'été et surtout ne sachant absolument pas comment j'allai arriver à gérer ce genre d'effort j'ai attendu un bon moment avant de franchir le pas et envoyer mon inscription.

Départ le samedi 31 août de LAGNIEU à 00h55 en arrivant directement de NÎMES moins d'une heure avant (le temps de remonter le vélo et de manger un peu).

Adorant rouler en nocturne j'ai beaucoup apprécié cette ascension malgré la moiteur étouffante (bien que lyonnais de naissance j'ai perdu l'habitude de l'humidité) je roule tranquille, ma femme m'attend de loin en loin et j'arrive au sommet. Photo souvenir et nous voilà partis pour le hameau de MONTFERRAND en prenant la descente de CONAND.

Toujours de nuit bien entendu nous suivons un bref instant un petit animal que je pense être une martre ou une fouine, ça change des rapaces nocturnes et des chauves-souris ! 

C'est reparti pour la seconde ascension, petite erreur de ma part qui me vaut un court mais intense détour à CLEYZIEU (la vache, c'est raide !), le col de FAY et enfin seconde arrivée au col, Re photo et on se refait la descente vers SERRIERES, le jour s'étant levé je me lâche un peu plus mais la qualité du revêtement me rappelle à l'ordre rapidement...

Je ravitaille et c'est parti pour la 3ème. Je retrouve Martine (mon épouse) devant l'ancienne école de CHARVIEUX en grande conversation avec une dame qui s'avère être la femme du maire. Elle me prend en photo pour le bulletin local, on échange nos mails pour faciliter la rédaction de son article et j'en profite pour lui parler de la confrérie (elle en ignorait l'existence). Le soleil étant bien levé, la chaleur monte et ma consommation de liquide augmente en proportion (vive les nombreuses fontaines qui jalonnent la route).

On arrive au sommet vers 11h, photo vite fait et on file vers CONTREVOZ pour manger un bout à la boulangerie avant qu'elle ne ferme.

Grosse pause d'environ 40 minutes et j'y retourne. La chaleur devient mon ennemie (autant je n'ai pas de difficulté à rouler sous 40° quand l'air est sec, autant là j'avoue que j'ai bien souffert!)

Ma vitesse (lol) ascensionnelle qui en temps normal n'est déjà pas très élevée dégringole en plein, je suis lessivé, plus de jus dans les jambes, rien, fini. Je m'accroche tant bien que mal pour terminer cette 4ème montée qui sera la dernière. Je comptais en boucler 5 mais je n'avais pas pris en compte

le climat local, la qualité du revêtement et le détail des graphiques des différentes montées...

Au final je trouve que ce défi m'a plus éprouvé physiquement que ma « cinglée » du mois de juin.

Est-ce du à la chaleur ou à une mauvaise estimation de la difficulté de ma part ? Certainement les deux mais qu'importe je n'ai pas le sentiment d'avoir raté quelque chose puisque de retour à mon départ à LAGNIEU j'étais vraiment au bout du bout.

Quelques détails sur moi : Bientôt 60ans et je ne suis mis au sport que depuis 6ans au départ juste pour pratiquer une activité physique d'entretien et rapidement je me suis piqué au jeu et depuis 2 ans je chasse les cols et je pratique la ''petite'' longue distance sous la forme d'un Dodécaudax continu.

 


Une participation aux 24H du Paul Ricard en 2017 sous la formule solo-6h et une autre en 2018 en 24h solo qui s'est terminée prématurément suite à une blessure au moignon. Je ne l'ai pas précisé avant mais je suis amputé fémoral droit (c'est à dire à mi-cuisse) et je pédale sur un tricycle couché (avec les pieds quand même!) qui pèse à peu près 3 fois le poids de votre vélo.


Compte-rendu de Frédéric Fraisse

Serrurier le 18 août 2019

Je viens de réaliser 3 ascensions successives ce matin sur le parcours 5 des Serruriers. Parti tôt de Saint André de Corcy en voiture, j'ai laissé mon véhicule au col et démarré par la descente vers Contrevoz ; village initial du parcours.

Peu de monde sur la route pour cette première ascension. J'ai rencontré les premiers cyclistes dans la descente vers Sault-Brénaz et un renard dans la montée. Petit à petit le vent s'est levé sans être réellement gênant. Nouvel arrêt au col petit ravito, SMS à la maison (pour rassurer sur l'état du bonhomme) et descente rapide vers Serrières-de-Briord. Un peu plus d'automobilistes (des locaux sans doute,  connaissant parfaitement les meilleures trajectoires pour gagner quelques précieuses secondes !!!) je recommande une très grande vigilance sur ce beau parcours.

Le bonheur du jour : une biche qui traverse la route, je dis bien le bonheur car la troisième ascension du jour fut de loin la plus compliquée sous le grand soleil dominant la fatigue s'installant. 

 

Et voilà, je l'ai fait et je me satisferais de ce grade de Serrurier ce qui ne m'empêchera pas d'accomplir d'autres montées uniques par les routes différentes. 

Au sommet j'ai rencontré une jeune sociétaire de votre club qui avait l'air bien affûtée et que j'ai pu ravitailler en eau (l'avantage du véhicule au sommet).

Vous trouverez ci joint les 2 captures d'écran Strava de la journée et quelque photos. Vous constaterez des différences portant sur la dénivelée positive que je note toujours sur Strava. La différence ce jour est énorme. La trace strava est prise sur mon Smartphone et les autres datas sur mon GPS vélo TEASI sur lequel l'altitude correspond. Où est la vérité?

Grand merci pour la création de cette confrérie. Pour info mon palmarès:  nombre de médailles d'or en cyclosportives, bouquets ou podium (très anciens je ne coure plus depuis + de 10 ans) FSGT, Ufolep, corpo et maintenant membre des confréries : Félés du Grand Colombier, Cinglés du Ventoux, Barons du Soulor, Fadas du Puy mary,  Siphonnés du Mont Brouilly, Barjus de Leschaux, BIG et monts de France.

 

Bien sportivement



Courrier de Danièle GUILLEMOT

 (ancienne marathonienne et 100bonnarde, connue sous le surnom de Nanou) - BOURG en BRESSE, le 30/07/2019       

 

 Jérôme,

        Que je suis satisfaite et heureuse d’avoir réalisé 5 ascensions !

        Il est vrai que le % des montées est raisonnable (pas comparable  aux  14%  du Colombier et aux 11% du Ventoux).

        J’avais misé sur 8km/h de moyenne par montée. Or, j’ai fait mieux ; ce qui m’a permis de rêver aux 5 ascensions ! J’aurais pu faire une 6ème ascension ; je me sentais en forme. Mais, il commençait à faire sombre du côté de Serrières-de-Briord.

         J’ai beaucoup apprécié le changement de K7 réalisé samedi par mon vélocyste (CMV de Bourg en Bresse) ; je suis en 34/29 : c’est la 1ère fois que j’ai ce développement. Ceci est plus aisé dans les % plus importants. Cela a contribué à la réussite de mon projet. Je me sentais rouler confortement.

          Je croyais connaître le Col de Portes ? Mais non ! Je pense que je connaissais chaque montée sauf de Argis à Arandas et de Serrières-de-Briord à Bénonces (aucun souvenir !). Maintenant, je comprends les 9 ascensions.

         Il ne me reste plus qu’à réaliser les 4 ascensions restantes . Je suis impatiente  de réaliser celle de Serrières ! Je vous solliciterai pour une nouvelle carte.

        Ce défi m’a permis de me remémorer beaucoup de souvenirs ; notamment lors de randonnées cyclo ou lors du Tour de l’Ain pédestre où j’étais la cyclotte de l’équipe.       

     J’ai beaucoup pensé à David, mon neveu, atteint de mucoviscidose et décédé en juin 2017 suit à sa greffe pulmonaire qui n’a pas réussi. Je ne pouvais l’accompagner qu’en respirant à plein poumons jusqu’à éclater mes alvéoles. Ce qui m’a donné la pêche en 2017. Depuis, je conserve cette respiration lors des dénivelées importants à vélo, en randonnées pédestres ou en raquettes. L’O2 est la source principale d’énergie !

          Je vous remercie pour votre commentaire : serez-vous la 1ère toquée ? Cela m’a motivé et a été un élément déclencheur !

         Quels beaux paysages ! Je suis fière d’être aindinoise. Sans parler d’une biche, des lapins (ou lièvres), d’un marcassin et sa maman rencontrés lors de la montée en voiture par Lagnieu.

           Au fait, je m’organise ainsi : je laisse mon véhicule au sommet (idem les Fêlés et les Cinglés) ; ce qui me permet après chaque ascension,  de manger, remplir mes bidons, me déshabiller, me changer de vêtements,…. Tout ceci m’a demandé 2h22’ pour la journée !

           J’ai rencontré au sommet 3 futurs « Grands Toqués » du club de Lagnieu. Vous aurez du travail pour valider toutes ces cartes !

        Merci encore ! Je ne manquerai pas de faire la publicité pour Les Toqués qui restent à la portée de beaucoup de cyclistes grâce aux % raisonnables ; je pense  notamment aux cyclottes !

        Je précise que les informations du site sont précises. Il suffit de bien lire !!!! À Lagnieu, j’ai cherché le boitier car j’attendais un grand panneau !!!

         Alors, n’hésitez pas ! Lancez- vous !  L’Ain, c’est ici !                                               Sportivement  



Récit de Rémi Aparicio (Roue Sportive de Meximieux) - Grand Passe-Partout le 22 juin

Vendredi soir quand j'ai vu sur Strava la trace GPS de Benoît concernant son défi des toqués, cela m'a donné rapidement des idées ne sachant pas quoi faire comme entrainement ce samedi... C'est donc sur un coup de tête que je me décide à me lever samedi matin autour de 5h30 pour préparer mes affaires. Juste le temps de manger un petit sandwich maison puis GO vers 6h20 pour arriver à 6h50 au pied du col de portes à Lagnieu. Je décide pour réaliser ce défi, de partir avec 6 barres énergétiques + 1 banane et 2 gourdes. 

1ère ascension "Reveil musculaire"  : Départ Lagnieu

A 7h il fait frais, je décide donc de partir avec ma veste coupe vent pour les descentes même si cela m'embêtait de la garder toute la journée dans ma poche arrière. J'ai tout de même bien eu raison car les descentes étaient fraîches. 

Donc cette première ascension était un réveil musculaire, je la connais par cœur car quand j'habitais à Meximieux, je la grimpais souvent à l'entrainement pour y faire quelques intervalles. En 1h j'étais en haut du col, avec de gros nuages grisonnants au sommet mais de la visibilité sur la route. 

2nd ascension "Grade Passe partout": Départ Montferrand

Afin d'avoir le grade Passe Partout, il faut obligatoirement réaliser l'ascension en partant de Montferrand. Pour ce faire, j'ai donc souhaité réaliser cette ascension le plus tôt possible dans la journée car elle est tout de même longue et avec passage col de Fay 2 fois. Je me dis comme ça c'est fait et on a plus à y penser. 

La descente est donc fraîche du Col de portes avec des nuages blancs en dessous du Col de Fay, je n'aperçois plus du tout Lagnieu et les villages environnants. C'est très joli vu d'en haut, on a l'impression d'être sur un lit de nuages. La remontée sur Cleyzieu se fait avec un temps maussade et gris. Je pensais même qu'il allait pleuvoir mais non. Je m'arrête à Souclin pour y remplir une gourde puis j'attaque la seconde partie du Col de portes. Arrivant au 2 derniers kms, plus aucune visibilité à 10m, les nuages sont bien présents, c'est à 500m du sommet que tous les nuages partent pour laisser apparaître le ciel bleu.

3° Ascension "L'inconnu": Départ Sault-Brénaz

Dans ma tête, je voulais réaliser toutes les ascensions qui passaient par le Col de Portes sur le versant que je connaissais le mieux. Du coup, je redescends immédiatement à Sault-Brénaz, mais me voilà dans l'inconnu au moment où il faut choisir sa route pour aller à Sault-Brénaz, soit le panneau indique Sault-Brénaz via Sault ou via Brénaz, j'ai donc choisi via Brénaz mais en regardant la trace de Benoît il a pris par Sault. Cette portion de route je ne connaissais donc pas, et il commençait à faire un peu chaud dans la montée.

Petite anecdote sur cette fin d'ascension, il y a un coureur de Villefontaine qui me double à 2km avant le sommet, je lui laisse 100m jusqu'au fort % du dernier kilomètre, avant d'appuyer juste ce qu'il faut pour le doubler gentiment. Au sommet nous discutons et j'ai fait un coup de pub sur le défi des toqués :-)

4° ascension "Pente continue": Départ Serrieres de Briord

La descente sur Serrières de Briord est plutôt propre jusqu'à Bénonces. De Bénonces au pied, attention et vigilance donc. Dans la descente je m'arrête au point d'eau pour y remplir mes gourdes. Pour moi c'est l'ascension qui me correspond le mieux car pente continue du début à la fin. % constant donc sans replat. 

5° ascension "Sauvage et ombre": Départ Serrières

Avant de redescendre, j'envoie un petit mail à Jérôme pour lui indiquer que je pars pour réaliser le défi Passe Partout. Lors de la descente sur Serrières, je constate un panneau indiquant que la route sera fermée à partir de Juillet. Pour info aux futurs toqués. En arrivant au rond point, je me ravitaille en mangeant une demie barre et en buvant 2-3 gorgées d'eau. Je jette un coup d’œil sur mon tel :Jérôme répond à mon précédent mail en me lançant un défi de réaliser les 6 faces ... je ne m'y attendais pas. Je me laisse la réflexion dans la montée.  Les premiers kilomètres de cette ascension se déroulent sur un faux plat montant ; je suis étonné de mes sensations plutôt bonnes. Ça roule bien jusqu'à Conand où le % s’élève et je passe le petit plateau. Ça commence mentalement à devenir un peu long à partir de là tout seul sans personne sur la route. Arrivent les forts % 2 derniers km du col, j'y roule tranquillement, jusqu'au moment où j'aperçois au loin un maillot Rouge ??? Je suis donc obligé de passer 1 vitesse et accélérer pour tenter de le rattraper sachant que s'il ne s’arrête pas au sommet c'est mort je ne le reverrai plus. J’accélère, dans le virage je ne l'aperçois toujours pas... j'accélère un peu plus et dans le dernier virage j'aperçois du rouge, je suis content de voir Francis. Nous discutons de nos parcours et il m'explique qu'il a déjà réalisé 2 ascensions du col. Je lui demande s'il est prêt à me suivre pour une dernière ascension ensemble de Contrevoz. Nous repartons ensemble après avoir réaliser la photo traditionnelle au panneau.

6° ascensions "La Der même si...": Départ Contrevoz

Nous repartons donc direction Contrevoz en discutant et cela fait du bien après avoir roulé 8h sans grand monde sur ces routes. Nous faisons un arrêt à Arandas pour y remplir nos gourdes. La longue descente sur Contrevoz est au début sur un faux plat descendant avec une route mouillée qui nous fait dire qu'une averse est passée par là quelques minutes auparavant. Nous entamons la remontée sur une pente douce de 5-7%. 2 cyclistes nous doublent dès le départ mais là je ne vais pas m'amuser à les suivre. Je laisse Francis devant au début, je reprends mes repères à tourner les jambes en vélocité. Plus la pente s'accentue mieux je me sens et Francis commence à plus le sentir. Je roule à mon rythme et les mètres nous séparent jusqu'à ne plus l'apercevoir à chaque virage. C'est à Arandas que je le vois revenir après la section faux plat. Nous roulerons ensemble jusqu'au pied des 2 derniers kms où nous discutons puis Francis me dit de rouler à notre allure. La dernière ascension est donc maintenant finie et nous sommes contents de nos défis. 

J'avais les jambes pour aller chercher une 7° car je me sentais vraiment bien ce jour mais l'envie était plus forcément là et je ne voulais pas donner du boulot supplémentaire à Jérôme pour créer un nouveau grade :-)

Nous redescendons ensemble avec Francis après la photo habituelle et après avoir discuté avec une gentille dame. Dans la descente, à 2km de Lagnieu, Francis roule sur un caillou où il crève immédiatement. Il a de quoi réparer et me dit que ça va aller. Nous nous quittons ici. Merci à toi Francis pour cette dernière ascension ensemble. Voilà pour cette belle journée avec 198kms 5300D+ 9h25 et un grade de Grand Passe Partout. 



Souvenirs de ma journée 'Toquée' par Jean-Claude Denoix (CC Lagnieu) - Passe-Partout le 3 juin 2019

Pour ce défi, j'ai choisi de partit tôt le matin. Je n'ai pas regretté j'ai pu profiter du calme et de la fraîcheur du matin d'une belle journée : le soleil qui se lève faisant découvrir cette belle région les plans d'eau du Rhône couleur argent qui s'étalent majestueusement deux jeunes lièvres qui se font la belle à mon passage. Et plus insolite un râle ressemblant à un chien blessé qui n'était autre que le brame d'une biche ou d'un cerf, aperçu très distinctement à l'orée d'un bosquet, sans doute en quête d'une âme sœur ! Malheureusement, je n'ai pas eu le réflexe de faire une vidéo.

Habitant Lagnieu même, après trois ascensions, je suis rentré à la maison pour me restaurer et rassurer mon épouse inquiète sur mon état de forme, en fait tout allait bien.

Après un bref repos, je suis reparti pour la montée de Lagnieu sous une chaleur lourde. Quatrième pointage au col, la descente sur Serrières et enfin la dernière montée par Charvieux/Conans qui se fit au moral (j'aurai bientôt 79 ans !!!). Au final, je suis très satisfait d'avoir réussi ce défi qui me tenait à cœur et de compter un sixième Toqué au club de Lagnieu.


Compte rendu de Christian Favier - Serrurier le 3 juin 2019

Adepte de cols et de petites routes, fêlé du Grand Colombier (défi bugiste) et Cinglé du Ventoux, un accident de vélo en 2017 a failli mettre un terme à ma passion.

Aussi aujourd'hui, malgré quelques séquelles, j'ai pris plaisir à effectuer 3 ascensions du Col de Portes que je connaissais.

J'ai donc effectué en touriste par cette belle journée ces 3 ascensions en prenant le temps d'admirer le paysage et les petits villages.

Je vous remercie de nous permettre de faire des 'petits défis' afin de sortir du quotidien.


Confrérie des Toqués du Col de Portes (01). 27 mai 2019

Défi relevé! 😁 par Sébastien Martinet (Grand passe-partout) 

6 montées sur 8 possible pour 220 km / 5500m D+.

Petit retour sur cette journée mémorable.

Le but de la confrérie est simple: réaliser le plus grand nombre d'ascension du Col de Portes en une journée. 8 montées différentes sont proposées. 

Rendez vous avec Jonathan hier matin direction le sommet du col où nous laissons la voiture pour se ravitailler à chaque ascension.

Nous faisons le choix de descendre à chaque fois la route que nous remonterons dans la foulée. Le choix des montées, l'ordre et le tracé est libre. 

3h55: départ de nuit en descente vers notre premier village départ, Argis. Une longue montée de 23 km pour 823 m D+.

Un bon échauffement pour la suite. 

Le jour pointe rapidement vers 05h30 du matin, ce qui nous permet de monter rapidement sans lumière.

L'ascension se fait bien, le pied est un peu raide puis un long passage de plat au milieu et pour finir, nous retrouvons la route finale du Col que nous emprunterons plusieurs fois dans la journée 😁

Première arrivée au sommet, le temps de boire chaud et de descendre à nouveau vers le second village.

Montée N°2: départ de Serrières-de-Briord. 11,9 km pour 774 m D+

Une montée sans répit qui colle plus avec les profils que l'on connait dans les Alpes. Du coup, on était à l'aise pour grimper cette face qui longe des gorges sur la première moitié du parcours.

Montée N°3: départ de Montferrand. Ascension obligatoire pour être validé. 24,6 km pour 1031m D+ en passant le Col de Fay.

Étant donnée que l'on descend par la même route, l'aller retour et le double passage du col de Fay fait quasiment 1600m D+ car le parcours est très en bosses 😁

C'est la plus longue ascension de la journée. Elle nous permet de traverser de jolis villages et de belles routes en forêt. 

Arrivé à 11h30 au sommet, nous prenons un ravito plus important car cette montée nous a usé un peu 😊.

Montée N°4: départ de Sault-Brenaz. 12,6 km pour 814m D+.

Nous restons sur le même versant que précédemment où les 8 derniers km sont en commun.

Une montée assez coriace accentuée par la chaleur de midi, bien restituée par la roche sur la première partie du parcours.

Une fois arrivé à la route commune précédemment empruntée, nous nous retrouvons dans un long passage en forêt qui fait du bien ainsi qu'un replat de 1 km qui permet de souffler un peu.

Nous bouclons cette 4e montée à 13h45.

La moitié est faites. Déjà 10h que nous somme partie. 

Montée N°5: Direction Montagnieu22,9 km pour 880m D+.

La descente est déconseillé par les Toqués et je confirme. Un passage de 6km sur un joli tapis de gravier, ce n'est pas là que tu vas gagner du temps 😁 Ensuite, la route est nickel.

Elle est donné comme une des plus belles ascensions et c'est vrai !! On traverse de jolis villages pittoresques avec une vue à coupler le souffle.

Nous sommes en plein milieu d'après midi et Jonathan donne des signes de faiblesse.

La montée est très longue, la chaleur est présente et il faut bien le dire, la fatigue commence à se faire sentir.

Au niveau de Lompnas, Jonathan me propose de finir seul et de ne pas l'attendre surtout si je souhaite continuer l'aventure. J'arrive au sommet vers 16h20 pour valider ma 5e montée. Je prend le temps de me ravitailler et je décide d'en faire une 6e. Jonathan arrive à son tour et me confirme qu'il s'arrête là. De grosses échéances arrivent, le but n'est pas de se blesser ou de se fatiguer trop.

16h40, je décide de prendre la direction de St Rambert en Bugey. 

Montée N°6: St Rambert en Bugey. 16,4 km pour 746m D+

La montée la plus sauvage. Tout le long en forêt, aucunes voitures. Le pied.

La montée est très roulante sur sa première partie puis se raidit assez fortement par endroit sur la seconde partie.

Les jambes sont étonnement bonnes et je termine la 6e montée en 1h06. Le fait d'avoir gérer les efforts les 10 premières heures m'ont permis de bien durer. J'arrive à 18h20 au sommet du col.

Déjà 14h de sortie, 12h15 de vélo, je décide d'arrêter là. 

Beaucoup d'échéance sportives sont à venir, il faut savoir être raisonnable et ne pas installer trop de fatigue. 

Jonathan termine donc les 5 ascensions pour 190km et 4800mD+ et devient "Passe Partout" de la Confrérie.

Pour ma part, je termine 6 ascensions pour 220km et 5500m D+ et devient " Grand Passe Partout" de la Confrérie.

Une belle aventure entre amis et il n'est pas à exclure que nous retenterons l'expérience en choisissant mieux nos descentes et points de départ.

J'invite tout les amoureux(ses) de vélo et de défis fous à nous rejoindre désormais dans la " Confrérie des Toqués du Col de Portes"!



CHALLENGE CYCLISTE  LES TOQUÉS DU COL DE PORTES

Publié par Raymond B. (FRA 038) le 22 mai 2019

Le Bugey étant un de mes principaux terrains d'entrainement, c’est avec joie que j’apprends en mars que le club cycliste de Meximieux nous fait découvrir les routes qui amènent au Col de Portes appelé aussi Calvaire de Portes.

Après un mois d’avril où il fait bien frais et un début de mois de mai assez maussade, les premiers beaux jours arrivent. Une fenêtre de temps s’ouvre ce mercredi.

Lever 6h pour un départ à 7h30 du haut du col afin de bénéficier d’un ravito à chaque passage. 

L’ordre des montées n’est pas encore choisi, elles se feront au fil de l’eau et au gré des sensations. Je commence par celle de Saint Rambert car la descente permet de s’échauffer avant de grimper car les derniers km sont beaucoup moins pentus et oblige à pédaler.

Dès que la pente s’élève, les jambes ne répondent pas et pour cause, le weekend précédent, elles ont déjà bien travaillées (plus de 50km en rando course). Les sensations ne sont pas aux mieux.

1ére montée : Col de portes via Conand, le début est bucolique avec son cours d’eau et vers 8h du mat il n’y a pas beaucoup de trafic. Elle se passe bien

2ème montée : Redescente sur Saint Rambert et bifurcation direction Torcieu, les vaches me voient pour la 3ème fois. Le parcours nous fait remonter par Cleyzieu et le col de Fay, descente sur Souclin pour remonter à gauche pour aller au Col de Portes. La gestion de l’effort est encore bonne.

3ème montéeElle se fait par Contrevoz, la vue est magnifique. Au détour d’un virage, je surprends une biche qui fait des bonds de cabris avant de quitter la route. Cette rencontre me permet de ne pas puiser dans le mental. Cette montée me semble être la plus facile.

4ème montéeJe prends la direction de Lagnieu quand la chaleur me surprend. Il fait dans les 25° et je suis habillé trop chaudement. Je monte comme je peux c'est-à-dire au mental autant dire que je suis arrivé dans les derniers km un peu usé. La pensée des souffrances endurées par Fred Vialat me permettent de ne pas m’apitoyer sur mon sort.

Au sommet, je rencontre Pascal du VCIDA venu faire quelques montées après son travail. Ça fait du bien de voir une tête connue.

5ème montéeQuand je bascule dans la descente pour aller à Serrières de Briord quoiqu’il se passe je suis dans l’obligation de remonter. Cette montée est la plus connue. Je passe par la Correrie que je trouve plus jolie. Et bizarrement je me sens mieux que sur celle de Lagnieu. La fraicheur du soir me fait le plus grand bien.

Bien entamé, j’arrête là les frais et pourtant j’étais à 2 doigts de rebasculer pour faire une dernière montée par Sault-Brénaz mais vu l’état de mon pneu arrière, j’ai pris ça comme excuse pour ne pas continuer.

Comme quoi un futur passe partout peut être aussi un petit joueur. Je rentre bien casser de cet effort, certainement du aux premières chaleurs. Je pense le refaire pour faire 6 montées sur les 8 possibles car il existe un autre grade depuis qu’un cycliste a eu la bonne idée d’en faire une de plus que le challenge initial, l’ultra passe partout.

Un ultra, pourquoi pas ? Pas avant septembre car les échéances sont nombreuses. Les prochaines: les Sixphonés du Mont Brouillis puis les cinglés du Mont Ventoux.(170 km 4 299 m d+ 11h25min chapeau !)



"Au Vélo Sport Chalonnais, on aime les défis (participations en 2018 aux Fêlés du Grand Colombier et aux Sixphonés du Mt Brouilly), alors lorsqu’on a appris qu’une nouvelle confrérie était créée "les Toqués du col de Portes", on n’a pas hésité.

Pour l’inauguration de cette nouvelle confrérie,  le samedi 20 avril 2019, 4 licenciés se sont lancés sur des routes champêtres, pittoresques, tranquilles (très peu de voitures), avec pour objectifs 4 ascensions pour Noël Chambion et Michel Jomain et 5 ascensions pour Frédéric Bazin et Roland Donzel.

Départ à 9h00 de Lagnieu, le soleil est bien présent, ciel bleu, on va passer une difficile mais belle journée.

Pour Frédéric et Roland, 5 ascensions : 1ère Lagnieu, belle vue sur la vallée, 2ème Montagnieu, belle montée assez longue, de beaux villages traversés, 3ème ascension Sault-Brénaz, les deux 1er km avec une pente avoisinant les 10 %, 4ème ascension Torcieu (on a fait une erreur, celle-ci faut la faire en 2, elle est très longue, irrégulière et la fatigue est bien présente). 5ème ascension Contrevoz, assez longue mais la pente est plus supportable en fin de journée.

Pour Noël et Michel, 4 ascensions, dans l’ordre, 1) Lagnieu, 2) Contrevoz, 3) Torcieu, 4) Serrières de Briord.

Monter et descendre, c’est usant, fatiguant, c’est un défi bien réel. Pas de problème pour trouver les boîtiers de pointage, bien indiqué sur les dépliants.

Les paysages sont magnifiques et verdoyants.

On reviendra pour faire les départs des autres villages, plus nombreux sans doute, avec pour objectif … faire mieux !

Merci pour les deux ravitaillements que l’on a eu au sommet du col de Portes avant 12h00 et celui de l’accueil à Lagnieu."

 Récit de Roland Donzel (Passe-Partout le 20 avril)



"En ce vendredi la météo est printanière et donc idéal pour ce lancer sur ce défi. Logiquement je devais m’y attaquer avec Cyril courant mai, mais l’opportunité d'être le premier et que le VCIDA soit aussi le premier club TOQUÉS nous avions décidé avec Vivien d’essayer en cette fin mars ce nouveau défi....

Des 8 montées proposées, une seule m’étais inconnu par le Mont de l’Ange, et puis après avoir étudié l’ensemble des montées celle-ci étant obligatoire pour le grade « PASSE-PARTOUT » je la programmais d’entrée afin d’éviter de la faire en A/R comme les autres (la plus longue et sa descente cumule un D+ de 360 m ). Avant de vous présenter notre journée, je tenais à dire que Vivien n’était venu qu’une seule fois au Calvaire il y a une semaine (par la Correrie).

7h50 nous chevauchons nos montures pour un projet de 166 kms et 4300 m de dénivelé. Deux kilomètres pour ce mettre en jambe au départ de St Rambert en Bugey avant d’attaquer notre première ascension. Nous voilà parti pour 27 kms et 1080 m pour cette ascension, la fraîcheur matinale est présente et nous profitons des premiers rayons de soleil au col de Fay. Nous reprenons notre ascension et cette montée est bouclé en 1h45 (16,6 de moyenne) Cette montée fut une découverte jusqu’à Fay route sympathique ( un peu de voiture au départ / horaire de travail).Direction CONTREVOZ pour effectuer la seconde ascension sur CONTREVOZ nous prenons une petite viennoiserie dans la boulangerie que j’avais decourt sur M6 l’an dernier « Meilleur boulangerie de France ». Une fois requinqué nous remontons sur Ordonnaz 11 kms de montée avant le plateau du Bugey et la rampe finale par cette route que j’affectionne. Et en voilà de deux, nous sommes à ce moment-là PORTE-CLÉS. 

Avec une magnifique vu sur le Rhône nous rejoignons Lagnieu pour se restaurer.

Cette quatrième montée 16 kms commencera à laisser apparaître les premiers signe de fatigue. Vivien commence à creuser l’écart sur son guide avec 5 minutes de plus je le rejoins au sommet pour boucler notre quatrième ascension nous voici donc GRAND SERRURIER côté compteur 125 kms et 3600 m   .

Encore une pour remplir l’objectif fixé le matin, en descendant sur Conand puis St Rambert nous voyons que cette dernière aura son charme et ces difficultés, les 8 premiers kms en faux plat montant et puis les 8 derniers bien plus raide, en arrivant sur Conand, nous rencontrons un souci les fontaines ne sont pas encore alimentées (elles sont hors gel) Nous sollicitons des habitants locaux qui nous encourage pour cette magnifique montée quand nous leur disons que cela sera notre cinquième ils sont stupéfaits et comprennent qu’ils viennent de voir deux TOQUÉS   

Cette dernière ascension se fait au moral, et l’hypothèse d’en faire une sixième est anéanti au vu de l’heure et de notre fatigue....Il nous reste plus qu’à redescendre à la voiture pour finaliser notre virée avec 167 kms et 4300 m.

Voilà donc les deux premiers PASSE PARTOUT de la confrérie et du club VCIDA" 29 mars  Récit de Didier Bougardier, 1er Toqué de la confrérie



"Première ascension de l'année du col de Portes par Montagnieu. Sans doute la montée que je préfère car beaux villages traversés et de jolis points de vue. Surprise après Lompnas, dans la partie descendante menant à Ordonnaz, je trouve la chaussée recouverte de glace et de neige. C'est une partie ombragée et la douceur du moment n'a pas encore fait son oeuvre.  Je passe sur les parties qui me semblent les moins épaisses en espérant ne pas glisser. Du coup, je crains trouver la même chose sur la fin du col ... mais non. Une seule ascension cette fois-ci mais déjà bien 'toqué' du col." 

J. Girod -Roue Sportive de Meximieux (le 22 février 2019) - responsable de la confrérie